Après une augmentation mammaire par implants : quelles options de traitement de la coque capsulaire ?

Les traitements de médecine esthétique préférés des hommes
19 juillet 2019
L’augmentation des fesses : la chirurgie esthétique la plus demandée en été
5 septembre 2019
Montrer tous les articles

La coque capsulaire est la complication la plus fréquente après une augmentation mammaire par implants. Elle se manifeste par un durcissement de la poitrine, voire une modification de la forme et de la position du sein. Pour la traiter, une intervention chirurgicale est souvent indispensable… même si le massage et certains médicaments peuvent être efficaces.  

Le massage des seins peut prévenir le durcissement de l’implant

Le massage quotidien des seins est le meilleur moyen de prévention de la capsulite contractile. Pendant les deux mois qui suivent chirurgie d’augmentation mammaire par implants, vous devrez vous masser les seins pendant 5 minutes, deux à trois fois par jour. Au-delà de cette période, la fréquence passe à un seul massage par jour. Par ailleurs, en cas de durcissement de l’implant, la massothérapie peut contribuer à assouplir les seins. Idéalement, votre médecin vous fournira des vidéos d’instruction pour vous aider à maîtriser les bons gestes.

Existe-t-il d’autres moyens de traiter de la contracture capsulaire ?

La réintervention chirurgicale est le moyen le plus efficace pour traiter la coque sur implant. Avec la capsulotomie, l’implant est libéré de la capsule qui le contracte mais reste dans le sein. En optant pour la capsulectomie, la capsule entière sera retirée et le chirurgien procèdera au remplacement des prothèses.

En outre, et grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires, certains médicaments antiasthmatiques pourraient aider à assouplir la coque mammaire. La vitamine E serait également bénéfique, mais il faudra consulter votre médecin avant de prendre tout médicament ou supplément.

La pose de prothèses mammaires est-elle toujours suivie d’une contracture capsulaire ?

Toute personne ayant subi une augmentation mammaire par prothèses développera une capsule autour de l’implant. Il s’agit d’une membrane fibreuse, fine et imperceptible, qui entoure l’implant. C’est de cette manière que chaque corps réagit à la pose de prothèse mammaire. Toutefois, cette réaction tout à fait naturelle peut évoluer en une contracture capsulaire chez 5 et 10 % des patientes. Les facteurs suivants pourraient la favoriser :

  • Accumulation de sang dans le sein
  • Contamination bactérienne de la zone opérée
  • Pose de l’implant mammaire devant le muscle pectoral
  • Présence de certaines substances nocives sur la surface de l’implant

Le type d’implant utilisé peut également être un facteur de risque. Les implants lisses peuvent présenter un risque de contracture capsulaire plus élevé que les implants texturés. En revanche, les prothèses remplies de sérum physiologique sont moins susceptibles de provoquer une coque mammaire.

Malgré la grande popularité de la chirurgie mammaire d’augmentation, la littérature scientifique est peu prolifique lorsqu’il s’agit d’aborder la coque sur implants. D’autres recherches sont nécessaires pour mieux cerner les facteurs de risque, l’incidence et les options de traitement de la contracture capsulaire.