Les risques des implants mammaires pour la santé à long terme

rhinoplastie tunisie
La rhinoplastie ethnique : corriger les disgrâces des nez africains et asiatiques
31 octobre 2018
Montrer tous les articles
augmentation-mammaire-tunisie

L’une des études les plus importantes à ce jour fournit aux personnes qui ont envisagé / envisagent d’avoir des implants mammaires un aperçu des risques des implants mammaires pour la santé qui sont rares mais graves.

Pour ceux qui ne le savent pas, un implant mammaire est une prothèse utilisée pour modifier la taille ou la forme du sein d’une femme. En général, les femmes utilisent des implants mammaires pour se sentir plus à l’aise dans leur corps, tandis que d’autres choisissent la reconstruction mammaire pour recréer un sein d’apparence naturelle après une mastectomie. Health Europa explore plus en détail les risques des implants mammaires sur la santé.

Une brève histoire d’implants approuvés par la FDA

La solution saline et le gel de silicone sont les deux implants mammaires les plus populaires et approuvés par la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux).

L’implant de solution saline consiste en une coque en silicone remplie d’une solution saline stérile pendant la chirurgie, alors que l’implant en silicone utilise une coque en silicone préremplie de gel de silicone visqueux.

La FDA n’a pas toujours été favorable aux implants mammaires en silicone. En 1992, la FDA a décidé que les informations et les recherches disponibles à l’époque n’étaient pas suffisantes pour justifier une approbation. La décision définitive n’a toutefois pas eu d’impact sur les implants mammaires remplis de gel pour les patientes en cours de reconstruction mammaire, car il s’agissait là d’un type de dispositif médical expérimental, qui devait être analysé plus en détail et étudié cliniquement.

Cependant, au début des années 2000, la FDA a autorisé les implants mammaires remplis de solution saline pour l’augmentation chez les femmes de plus de 18 ans et pour la reconstruction chez les femmes de tout âge. En revanche, l’approbation des implants mammaires remplis de gel de silicone était valable pour un nombre limité de patientes souhaitant une augmentation, une reconstruction une révision dans un nombre limité de sites. Puis, en 2006, les implants remplis de gel de silicone approuvés par la FDA et, pour la première fois, des implants mammaires remplis de gel de silicone étaient disponibles pour l’augmentation, ainsi que pour la reconstruction et la révision.

La plus grande analyse de patientes implantées et des risques correspondants pour la santé des implants mammaires

En 2011, la FDA a publié une communication sur la sécurité concernant le lien entre les implants mammaires et le lymphome anaplasique à grandes cellules, un type rare de lymphome.

Même après l’approbation des implants mammaires en silicone, la discussion sur la sécurité est restée ouverte. La FDA a mené plusieurs grandes études après approbation pour suivre un certain nombre de personnes portant des implants mammaires, mais jusqu’à récemment, aucune analyse approfondie n’avait été réalisée.

Cette récente recherche publiée dans la revue « Annals of Surgery » a porté sur 100 000 personnes inscrites à de grandes études post-approbation de 2007 à 2010. Environ 80 000 de ces patients ont reçu des implants en silicone et les autres avaient des implants remplis d’une solution saline stérile.

72% ont eu une augmentation mammaire, environ 15% ont eu une révision d’augmentation, 10% ont eu une reconstruction mammaire et 3% ont eu une procédure de reconstruction avec révision.

Les risques des implants mammaires pour la santé

L’équipe a découvert que les femmes portant des implants en silicone avaient un risque plus élevé de présenter des effets indésirables rares, notamment la sclérodermie, la polyarthrite rhumatoïde et le syndrome de Sjogren. Le risque de développer ces affections était environ six à huit fois plus important que dans le reste de la population. De plus, les implants en silicone étaient également associés au risque de mortinatalité et de cancer de la peau.

Les chercheurs concluent que de telles associations doivent être analysées plus en détail avec des données relatives au patient afin de fournir des preuves concrètes des effets néfastes à long terme sur la santé. La sécurité à long terme et les résultats liés aux implants doivent éclairer les décisions du patient et du chirurgien lors de la sélection des implants.