Plus de cernes autour des yeux grâce à la blépharoplastie inférieure

aspect de casquette
Eliminer l’aspect de casquette grâce à la blépharoplastie supérieure ?
5 mai 2017
paupières inférieures

L’œil est contrarié à subir quelques changements esthétiques avec l’âge. Un de ses principaux changements est la variation de la coloration de la peau dans la zone inférieure de l’œil causée principalement par le vieillissement, le manque de sommeil ou le tabac. Il s’agit alors des fameux cernes que de nombreuses personnes ne peuvent pas les supporter sur leur visage. Ainsi, elles choisissent de recourir à la chirurgie esthétique des paupières liée à cette zone des yeux, bien connue sous l’appellation de la blépharoplastie inférieure.

Les candidats de la blépharoplastie inférieure

Il est largement répondu que les patients qui désirent réaliser une chirurgie réparatrice des paupières inférieures sont ceux qui ont les yeux cernés. Les cernes sont liés principalement à des causes héréditaires ou des témoins de l’âge et de la fatigue. Le traitement chirurgical est fortement recommandé dans ses situations, notamment lorsqu’on constate l’apparition d’une hernie graisseuse ou d’un excès cutané ou encore d’un relâchement musculaire au niveau de cette zone. Cependant, il ne faut pas confondre cette intervention avec la blépharoplastie supérieure qui permet, en premier lieu, d’éliminer les poches graisseuses dans la partie haute des yeux.

Avant de passer à l’opération, le chirurgien vérifie avec certitude l’existence des ridules au niveau de la paupière inférieure ou de la patte d’oie. Il applique ainsi tous les gestes préopératoires nécessaires pour détecter le moindre défaut esthétique ou contre-indication de la blépharoplastie. Pour cela, il recommande aussi un bilan ophtalmologique au patient.

Le déroulement de la chirurgie esthétique des paupières supérieures

Une fois que le patient est prêt pour passer sur le billard, le chirurgien choisit la technique à utiliser pour opérer la paupière supérieure. Généralement, il s’agit de la réalisation d’une incision sous les cils jusqu’au pli de la patte d’oie pour traiter le relâchement cutané et musculaire. Toutefois, une extraction des amas graisseux, responsables de la formation des poches, par voie conjonctivale n’est pas à exclure aussi dans ce processus chirurgical. Le praticien peut faire appel à d’autres chirurgies du visage également – le lifting bien entendu – pour perfectionner le résultat de son intervention.

Pour finir l’opération, le chirurgien met un léger pansement pour prévenir contre le risque d’avoir des ecchymoses ou de gonflement. Des œdèmes peuvent apparaitre aussi pendant les dix premiers jours, mais tout est bien naturel. De leur côté, les cicatrices sont invisibles et disparaissent après quelques mois de l’intervention.

 

Comments are closed.